mercredi 23 octobre 2013

Cauchemar

A l'abri des regards, dans le confessionnal, le jeu de séduction opéra. Un tendre baiser pour démarrer le jeu. Je lui explique que je n'embrasse pas. Il sourit encore, posa ses mains délicatement sur mon cou, l'embrassa et goutta à mon sang. Je n'ai pas pu me défendre, il était trop fort. La douleur fut inoubliable. Je sentais mon sang quitter mon corps. Sa peau se réchauffait pendant que la mienne se glaçait. Il en laissa suffisamment pour s'amuser un peu. J'avais la rage. Celle de vivre et celle contre mon imprudence me consumaient. Je m'en voulais de m'être faite avoir comme une débutante. Je rampais pour chercher une aide trop faible pour affronter cette chose. Il se baissa et me murmura doucement :
-Je peux te sauver. Il suffit que tu me le demandes.
-Je te donnerai pas ce plaisir.
-Tu es vraiment celle qui me faut.
Il me vida un peu plus puis m'embrassa. Il s'était mordu la langue pour achever ma transformation. Je n'embrasse pas mes clients mais ce nectar était irrésistible. Mon corps mourut très vite. La soif se fit aussitôt sentir. Le prêtre, qui m'avait sauver la vie, fut mon premier repas. Le second fut gargantuesque. Les soldats gardant le pont firent mon dessert. Je suis devenue ce que je n'aurais espéré un jour être.